La blonde, le conservateur et le truand

Quand tu te retrouves à plus de 30 ans avec un cursus universitaire long comme le bras d’un bonobo, que t’as à peu près écumé toutes les disciplines possibles en sciences humaines et que ton bac+13 en archéologie des médias n’a toujours pas débouché ton horizon professionnel, qu’est-ce-que tu fais ? Bah tu passes un p’tit concours de bibliothécaire ! Et comme t’es malin, tu t’inscris aux concours d’Etat en même temps qu’aux concours territoriaux. Vu que t’es une tronche, t’es sûr d’en avoir un comme ça, et hop, voilà comment un beau jour tu deviens conservateur de bibliothèque…

~~ Les aventures de Flynn Carson (2004) 

C’est à peu près cette histoire que nous raconte le film à haute portée sociologique nommé Les aventures de Flynn Carson (The Librarian, en anglais dans le texte). Flynn est on va dire un « étudiant professionnel » , qui a accumulé quelque chose comme 14 masters et 8 DEA, et qui sous la pression de sa mère, d’une fille qui aimerait bien coucher avec lui, et aussi de son dernier directeur d’UFR, se décide enfin à chercher un travail. Comme c’est pas un film des frères Dardenne, on nous épargne les galères liées à sa recherche d’emploi (merci), et Flynn reçoit rapidement une lettre de la Metropolitan Public Library de sa ville, qui le convie à un entretien pour le poste de bibliothécaire.

Catégories A, réussissez votre entretien d’embauche !

La scène de l’entretien pourrait facilement être utilisée comme exemple dans les formations CNFPT, pour les bibliothécaires en recherche de poste. Car Flynn ne manque pas d’aplomb avec la DRH qui le reçoit, et quand icelle lui demande en quoi il pense être LE bibliothécaire, il répond : « J’ai lu plein de livres ». Une belle entrée en matière qui va vite fait énerver la recruteuse, une sorte de Diane Keaton en mode chienne de garde. Heureusement, au moment où l’entretien s’apprête à tourner au vinaigre, Flynn utilise un argument décisif pour se faire embaucher : le chantage. Il menace en effet de révéler au grand jour que la DRH vient de se faire larguer par son mari et qu’elle comble son vide affectif avec 3 chats angora. Bizarre, mais ça marche.

La DRH lui fournit alors les détails liés au régime indemnitaire, lesquels sont peu avantageux : chaque minute de retard est retenue sur la paie, et il n’y a pas de place de parking attribuée. Bon, Flynn accepte quand même le job ; le directeur de la bibliothèque se pointe ensuite et lui fait visiter l’établissement, notamment la réserve qui héberge un fonds assez sympa, composé de quelques pièces non imprimées comme le tapis volant d’Ali Baba, l’épée Excalibur, la boîte de Pandore ou encore la Joconde. Oui, il paraît que l’exemplaire du Louvre est un faux, c’est notre ministre de la Culture qui va être content. Dans cette collection, on compte aussi la Sainte lance, dite aussi Lance sacrée… Je ne sais pas de quel legs provient ce fonds mais franchement c’est Byzance, ça change de la collection de cartes postales de monsieur Lambert… Il ne manque plus que la Poule aux œufs d’or.

Après, je ne vais pas m’appesantir sur le film, vous aurez compris en 2 secondes qu’on a à faire à un succès damné d’Indiana Jones pour post-pubères : Flynn, soutenu par une belle blonde, assistante de conservation visiblement issue de la filière sportive (mention aïkido), part à travers le monde à la poursuite des lecteurs indésirables qui ont dérobé la lance sacrée. Pour l’anecdote, le chef de ces loulous est en réalité un ancien conservateur de la bibliothèque, ça rappellera certaines affaires… et accessoirement, il est joué par le mari de la rousse dans Desperate Housewives, celui qui ressemble à une brosse à dent électrique, 110 volts… en panne. Redoutable. Bref, à moins d’avoir 13 ans et demi ou de vous être fait précédemment laver le cerveau par une conférence de François Bon, il y a peu de chances pour que vous frissonniez des aventures de ce Flynn Carson.

Ce film n’est  jamais sorti au cinéma : il a été diffusé en France par TF1 et a donné lieu à une publication sur DVD. Il a par ailleurs joui de deux sequels et on attend (le mot est faible) la troisième pour l’an prochain. Axé sur des aventures classiques et sur un humour « second degré » très prégnant, il peut, soyons sympas, offrir quelque amusement. A noter en revanche une vilaine méprise des traducteurs de ce nanar : car si le titre original est The librarian et que le protagoniste est de bout en bout appelé librarian dans la V.O. (soit « bibliothécaire »), la version française le nomme systématiquement « conservateur », ce qui en soi n’est pas très gênant… sauf qu’assez vite dans le film on voit apparaître un monsieur qui se trouve précisément être le conservateur (head librarian). En faisant passer Flynn pour le conservateur, la version française se moque ouvertement du N+1 et fait complètement fi de l’organigramme. Grosse erreur de management à mon avis.

Le DVD des Aventures de Flynn Carson (Le mystère de la lance sacrée) est disponible à la bibliothèque municipale des Izards, à Toulouse, au sein d’une sélection de plus de 1800 DVD.

Publicités

2 réflexions sur “La blonde, le conservateur et le truand

  1. Pingback: Les Aventures de Flynn Carson : Le mystère de la lance sacrée, Peter Winther | Les histoires de Lullaby

  2. Vous êtes dur avec les aventures de ce bon Flynn. Un film qui se termine par « nous sommes poursuivis par des ninjas voyageurs du temps » ne peut pas être complétement mauvais.

Commentez cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s