Une lectrice idéale

Le monde rural se désertifie, c’est terrible. Pour trouver de l’essence maintenant, tu fais tellement de kilomètres que tu frôles la panne sèche à chaque fois que tu reviens chez toi, c’est le mythe de Sisyphe dans ton carbu. Et si tu veux scolariser ton enfant de 7 ans, il manque tellement de profs, tu sais par avance que ton mouflet sera dans la même classe que les Terminale… Par contre, il faut reconnaître que si tu veux boire un coup, acheter une baguette de pain ou le journal, envoyer un colis ou ouvrir un compte bancaire, c’est super pratique parce que tout est au même endroit désormais : à la supérette du village.

Et les bibliothèques rurales, me direz-vous ? Bah si on en croit un film d’animation assez audacieux, celles qui sont menacées pourraient, elles, fusionner avec le réseau des libraires locaux …

~~ La Belle et la Bête (1991)

Dans ce dessin-animé estampillé Walt Disney, tout le monde a retenu la scène de la pièce secrète dans le château, dans laquelle se dresse une immense bibliothèque rococo qui fait chavirer l’héroïne. Mais vous rappelez-vous qu’il est aussi question de lecture publique dans La Belle et la bête ? … Au début du film, la jeune femme traverse le village de bon matin pour se rendre à la bibliothèque. Ou à ce qui s’en approche. car sur la devanture de l’établissement est inscrit BOOKSELLER, littéralement « librairie »… D’ailleurs, quand une commère du patelin lui demande où elle va, la Belle répond : « je vais chez mon ami le libraire ». Pourquoi en parler alors, si c’est une librairie ? Précisément, parce qu’en dépit d’un grossier piège sémantique, une fois à l’intérieur, l’adolescente n’achète aucun livre, elle rend celui qu’elle avait emprunté et en emprunte (borrow) un autre… C’est donc bien, ce qu’en dehors du monde bizarre des dessins-animés, on appelle couramment une bibliothèque.

« –Je vous rapporte le livre que j’avais emprunté. –Déjà ? –Oui, je l’ai dévoré en une nuit ! Vous avez quelque chose d’autre ? –Non, pas depuis hier, hélas (…) –Ça ne fait rien, je vais vous emprunter celui-là ! (…) –Mais tu l’as déjà lu deux fois ! »

On le constate, Belle est la lectrice idéale : elle rend les livres avant leur date d’expiration et se tient au courant des dernières acquisitions. Elle fait également preuve d’une grande autonomie, crapahutant avec aisance sur l’échelle pour atteindre les rayons les plus hauts. Et puis, elle a l’habitude d’emprunter plusieurs fois le même roman, ce qui est génial pour les stats de l’établissement.

Pour une broussarde, tu te dis chapeau quand même… sauf qu’à y regarder de près, cette jeune fille n’est pas vraiment une paysanne : elle habite certes en milieu rural mais elle est la fille de l’inventeur local et fait à ce titre partie des CSP plus-plus. D’ailleurs, les gens dans la rue la trouvent différente et se moquent volontiers de son engouement pour la lecture, qu’elle manifeste ostensiblement en arpentant le bourg. Plus encore, rêvant sans doute de devenir elle-même bibliothécaire, elle improvise une médiation culturelle auprès de la fontaine du village. Tu sens la nana qui va finir en DUT Métiers du livre.

Ceci dit, elle a de l’idée, et quand tu la vois faire une heure du conte avec des moutons tu te dis zut j’avais jamais pensé à ce type de publics empêchés, y a un créneau à prendre. Quand je pense que dans notre monde réel les bibliothèques interdisent l’accès aux animaux… sauf ces rares chanceux de chiens d’aveugle, mais bon, vu comment leurs maîtres tirent comme des malades sur la bride des fois, je doute qu’ils profitent vraiment de leurs visites à la bibliothèque.

En tout cas, c’est une sacrée passeuse de livres que nous présente là Disney. Mais elle est comme toute adolescente, petit à petit on va la voir moins s’intéresser à la lecture, passer plus de temps dans des activités de sociabilité (avec les garçons notamment), et parce qu’elle aura découvert l’amour avec un mec bien viril (poilu, du moins) elle ne va plus beaucoup fréquenter la bibliothèque publique. Elle se contentera sans doute de celle de son bonhomme, qui est juste mille fois plus volumineuse que la pauvre échope de son « ami le libraire ». Ingrat est le lecteur.

Amis de Disney, vous pouvez trouver le DVD de La Belle et la bête dans les bacs de la médiathèque de Bailly-Romainvilliers, située dans un ancien corps de ferme réhabilité, en Seine-et-Marne. Après, étant donné que c’est juste à côté, vous pourriez faire un tour à Disneyland Paris pour admirer vos héros préférés sur scène… ou mieux, découvrir le fonds spécialisé sur les adaptations littéraires au cinéma que propose la médiathèque.

Publicités

10 réflexions sur “Une lectrice idéale

  1. J’aime beaucoup le ton de vos articles qui me font parfois bien rire. Et je redécouvre des films que j’aime avec une autre vision de mon métier. J’attends avec impatience votre prochain article.

  2. Bonsoir, Je découvre votre blog et je ris bien ! C’est malin, pour rattraper mon retard j’ai lu plein d’articles et il se fait tard, les retours vont se ranger mollement demain… Bonne nuit !

  3. Merci Lisbei pour votre enthousiasme, aussi bossu (de Notre-Dame?) soit-il. Gasp, l’image me fait un peu frémir et votre hypothèse encore plus : s’il devait s’avérer que les dessins-animés puissent susciter des vocations de professionnels, je suis fort aise que vous ne vous fûtes point camée à Ken le Survivant

    Bloupi, désolé de répondre avec plus d’un an d’intervalle à votre commentaire, également navré pour le lien défectueux : c’est aussi un fichu miracle d’Internet que les liens disparaissent aussi vite qu’ils sont apparus. J’en ai trouvé un autre mais en anglais :http://www.youtube.com/watch?v=TgzJFPogfgU (à partir de la minute 39)

  4. Cher ami, c’est avec délectation que je découvre votre blog … et je rigole comme une bossue en lisant cet article … c’est quand même mon Disney préféré, tirerai-je ma vocation de là … ?
    Bonne soirée !

  5. Dommage, la vidéo n’est déjà plus disponible… Sinon, je suis d’accord, j’aime votre blog, et votre prose ! je replonge avec plaisir dans les films que j’ai vu où cet angle m’avait peut-être échappé et je découvre ceux que je n’ai pas vu par un biais inhabituel ! Continuez ! 🙂

  6. Bon, je ne sais pas si ça se fait tellement de commenter son propre blogue, mais je voulais dire que j’ai eu l’occasion de revoir le vieux Disney intitulé Le crapaud et le maître d’école (1949), et ça m’avait échappé mais la scène du début de la Belle et la Bête, où la jeune fille se pavane dans le village en lisant un roman… ET BIEN C’EST UN PUR COPIER-COLLER d’une scène du 2ème récit du Crapaud et le maître d’école. Sauf qu’à la place d’une rouquine pulpeuse, tu as le droit à un intello sec comme un clou…
    … Miracle d’Internet, j’ai trouvé un lien : http://www.youtube.com/watch?v=vtarVp9CBtg

  7. « Ceci dit, elle a de l’idée, et quand tu la vois faire une heure du conte avec des moutons tu te dis zut j’avais jamais pensé à ce type de publics empêchés, y a un créneau à prendre. »

    Ahah j’adore votre blog !

  8. Merci pour cette correction judicieuse et pour cette piste bibliographique intéressante (270 pages quand même)… Par contre, le prochain qui me dit qu’en Angleterre on organise bel et bien des heures du conte avec des moutons, je ferme ce blogue.

Commentez cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s