Les bibliothèques, horizon 2022

A quoi ressembleront les bibliothèques dans le futur ? En voilà une belle et vaste question. L’année dernière, un ouvrage conduit par Anne-Marie Bertrand et un aréopage de grands professionnels s’en emparait : l’idée était d’imaginer ce que pourraient être les bibliothèques en 2019.

Je ne sais pas vous, mais moi j’aime beaucoup la prospective. En plus, si c’est des sommités qui s’interrogent, là je bois du petit lait. Ma seule objection je l’avoue, j’ai regretté que dans le bouquin il n’y ait pas une contribution de Christophe Evans. J’adore Christophe Evans. Enfin surtout son nom, ça fait so american, on se croit tout de suite quelque part entre le Texas et le Nevada, au volant d’une Chevrolet et picolant une bière bon marché, non ? Avec Christel Carrington sur le siège passager, qui nous susurrerait des ragots sur la fortune personnelle de Dominique Lahary… Puissant.

Puisqu’on parle des Etats-Unis, j’aurais une autre objection par rapport à ce livre. Bah oui : comme d’habitude on a un train de retard par rapport aux States.  En l’occurence, ce n’est pas pour la ramener, mais il y a plus de 35 ans, un film américain allait déjà plus loin que le livre d’Anne-Marie Bertrand et nous donnait à voir ce que seront les bibliothèques en… 2022. Si j’avais eu la direction de cet ouvrage franchement je serais allé au moins jusqu’en 2023, histoire de montrer aux Américains qu’on n’est pas des rigolos.

~~ Soleil vert (1973)

Pour faire court, en 2022 les bibliothèques ne sont pas au mieux de leur forme. Il faut dire que la planète a subi un cataclysme qui l’a sérieusement délabrée : la chaleur et la pollution ont eu raison de toute faune et flore et il n’y a plus rien à manger à part des espèces de biscuits pour chiens de synthèse. Du coup, nos descendants ont des préoccupations plus pressantes que se jeter sur le dernier roman de Justin Bieber. De toute façon, si vous avez suivi, en 2022 il n’y a plus de livres vu qu’il n’y a plus d’arbres à dépecer pour les fabriquer. C’est d’ailleurs ce qui est le plus triste : hormis les vieillards, la plupart des gens sont nés après le cataclysme et n’ont jamais vu un géranium, une carotte ou un caniche. Une société amnésique, qui ne pense qu’à se remplir le gosier et qui déserte complètement les bibliothèques. Une population pas facile à desservir.

Une chose à noter, la société de 2022 est une société hyper-cloisonnée, un peu bâtie sur le modèle des castes qu’on trouve en Chine, et si les 90% de la population sont constitués de miséreux crevant de faim et dormant dans la rue, quelques couches sociales sont plus privilégiées :

  • Les mâles bien portants, comme Charlton Heston. Ils sont employés comme fonctionnaires du régime et sont les seuls à avoir une vie à peu près convenable.
  • Les femmes. En 2022, ce n’est pas très sympathique, on les appelle les mobiliers. Car si elles veulent vivre à peu près décemment, elles sont obligées de se « louer » auprès des hauts-fonctionnaires du régime : en fait, chaque femme est attachée à un logement et est louée en même temps que les murs (une vision élargie des « belles prestations »).
  • Enfin, il y a les biblios : ce sont toutes les personnes âgées qui ont survécu au cataclysme et qui possèdent le savoir du fait qu’elles ont connu le monde d’avant. Malheureusement, le régime dédaigne ces vieux croulants instruits. Pour arriver à survivre, ils doivent endosser le même rôle que les femmes sauf qu’ils n’ont le droit de se louer qu’aux petits fonctionnaires du régime, auxquels ils font la popotte, la conversation et davantage si affinités.
Il est plaisant de voir que les fonctionnaires haut-gradés ont droit à des nanas, tandis qu’on laisse les vieux intellectuels aux fonctionnaires de base. En gros, une fois rentrés chez eux, les chefs de service font des fiestas endiablées avec leurs mobiliers tandis que les catégories B et C passent leurs soirées à écouter les histoires d’antan que leur radotent leurs biblios. Est-ce l’avenir de ces « bibliothèques vivantes » dont on parle depuis quelque temps ?
..
Pour actualiser leurs connaissances ou se rafraîchir la mémoire, les vieux biblios vont régulièrement se documenter à la bibliothèque.
A part eux, d’ailleurs, personne ne va plus à la bibliothèque, ou dirons-nous, à l’Echange, qui est le nouveau mot pour « bibliothèque » (intéressant  : la bibliothèque est désormais conçue comme un lieu d’échange d’informations).
Signalons également qu’en 2022, il n’y a plus de bibliothécaires pour tenir les bibliothèques. C’est logique en même temps, à force de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux, c’est mathématique, dans quelques années, les équipes seront toutes réduites à un seul agent dans chaque bibliothèque ; ce qui remarquez facilitera grandement le management et la gestion de conflit. Mais le problème, c’est qu’une fois ces ultimes bibliothécaires partis à la retraite, on ne va pas pouvoir les couper en deux donc fatalement on se contentera de ne pas les remplacer.
.
Comment vont alors s’organiser les bibliothèques ? Et bien, le film Soleil vert nous apporte la réponse : ce sera le retour du bénévolat, avec des vieillards motivés et encore ingambes qui s’occuperont de tenir la boutique. Pourquoi pas. Le film nous présente toutefois quelques débordements possibles.
D’abord, sans faire de racisme contre les vieux, il faut bien avouer que leur motricité étant diminuée, ces derniers ne se foulent pas la rate avec le rangement. Bilan : les bibliothèques version 2022 sont de vrais capharnaüms.
L’autre souci, c’est comme dans les maisons de retraite, tu as toujours un ou deux vieux qui prennent l’ascendant sur les autres et qui tyrannisent tout le monde. Ici, c’est une ancienne qui se prend pour miss Marple, elle a décidé qu’elle se ferait appeler « Excellence » par les autres usagers de la bibliothèque et à chaque fois que se présente un nouveau lecteur, elle joue sa reine-mère et se dandine en ajoutant « je présume » à chaque phrase, c’est horripilant. Résultat : à cause d’elle, même les biblios rechignent à se rendre à la bibliothèque. Ainsi, quand Charlton Heston, modeste fonctionnaire de police, demande à son biblio d’aller à la bibliothèque pour lui trouver une information, le vieux essaye de trouver une parade :
— Renseigne-toi nom d’un chien, va voir à L’Echange !
— Pas besoin de me dire ça, vous savez que dans le temps, j’étais un professeur émérite, j’avais même une chaire. Normalement, je suis suffisamment instruit pour ne pas avoir à aller à la bibliothèque…

Des dispenses de bibliothèques accordées aux gens les plus instruits, l’idée n’est pas idiote. Elle serait également profitable aux bibliothécaires, souvent désarçonnés par ces messieurs-dames je-sais-tout qui se pointent et qui vous font un scandale parce que votre bibliothèque propose plus de livres de François de Closets que de Descartes. Est-ce notre faute à la fin, si François de Closets est un philosophe plus prolifique ? Et puis, comme on parlait de prospective, de Closets est quand même un excellent auteur si l’on veut comprendre les évolutions de notre monde.

..

Pour emprunter cet extraordinaire film de science-fiction  qu’est Soleil vert, on pourra se déplacer à la bibliothèque Serre Cavalier, à Nîmes. Tout en s’adressant à tous, cette bibliothèque qui dépend du réseau municipal nîmois a la particularité d’être installée dans un centre médicalisé qui accueille des personnes âgées… un peu comme la bibliothèque de Soleil vert.

Une fois le DVD en main, vous pourrez ensuite gagner le village de Calvisson, à 15 minutes de Nîmes, où il vous sera loisible de découvrir la librairie Soleil Vert spécialisée dans la science-fiction. Si vous arrivez à y dénicher le roman des années 60 qui a servi de base au scénario du film de Richard Fleischer, vous remarquerez que l’action se situait au départ non pas en 2022 mais en 1999. Alchimie des adaptations.

Advertisements

10 réflexions sur “Les bibliothèques, horizon 2022

  1. Pingback: Les bibliothèques, horizon 2022 | B...

  2. Merci, cher David , pour ces congratulations qui me touchent –en tant qu’être pouvant ressentir des émotions, mais aussi qui par le même phénomène physiologique, m’irritent.
    Je veux donc maintenant, lever toute ambiguïté sur mon genre, qui est masculin, et même assez viril d’après des personnes proches de moi et qui sont plutôt calées en différences hommes-femmes ; aussi j’apprécie fort moyennement vos circonvolutions pour essayer de mettre le doute sur mon identité sexuelle.

    Par ailleurs, je vous ferais remarquer que je ne suis pas forcément un inconnu, et si vous voulez tout savoir, il y a même des gens sur cette terre qui me connaissent très bien.

    Voilà, je pense qu’on a bien fait avancer le débat.

    Cordialement,
    Mp

  3. Bonjour Herveline (j’adore votre nom, ça fait un peu pythie du 25ème siècle) et merci de ce gentil clin d’oeil. Je connaissais aussi l’édition compilée Omnibus pour l’avoir vue en bibliothèque, et j’avoue que je n’ai jamais vu d’autre édition de Soleil vert. Longue vie à votre sympathique librairie !
    Mp

  4. Coucou AwaloO,

    alala, ça fait plaisir quelqu’un qui comme vous honore les « seconds rôles », surtout Ed Robinson, un acteur magnifique que j’aime éperdument aussi.
    Merci pour ces deux références ! Je vais remettre la main sur Le survivant pour vérifier, et essayer de trouver le film de Nanni Moretti que vous citez et que je ne connaissais pas.

    Ciao gattino !
    Mp

  5. Excellent article et merci de nous avoir cité. J’ai alerté nos lecteurs sur ce dernier. Je ne doute pas qu’ils y trouvent aussi leur compte. Pour appuyer ce que vous suggérer quant à trouver le livre d’Harry Harrison, oui, nous l’avons bien dans sa seule version actuelle à savoir inclus dans l’anthologie Catastrophes aux éditions Omnibus. Quant au film on le fait circuler auprès de nos fidèles clients, du moins ceux qui n’en n’ont soit jamais entendu parler (trop jeunes) ou qui l’ont oublié. Herveline

  6. D’accord avec vous Oliburu, de toute façon y a plein de trucs dans les oeuvres de SF des années 60-7O qui semblaient du domaine de la rêverie futuriste et qui finalement se réalisent avec plus de précision encore (les automates tentaculaires qui gèrent les transactions de retour comme à Rennes, les écrans tactiles et les puces intelligentes, les bibliothèques gérées par des robots-gestionnaires… Oui, je voulais préciser : SI VOUS VOULEZ SAVOIR SI LE DIRECTEUR DE VOTRE BIBLIOTHEQUE EST UN HUMAIN OU UN ROBOT, regardez juste ses habits : SI VOTRE CONSERVATEUR PORTE TOUT LE TEMPS LE MEME COSTUME ALORS CA VEUT DIRE QUE C’EST UN CYBORG. Piquez-le quand même entre les deux omoplates avec un tournevis pour en être sûr.

    Le seul truc où il se sont plantés dans Soleil vert, c’est les jeux vidéos : à un moment donné on voit une jeune femme jouer à une espèce d’écran boursouflé en noir et blanc, c’est ce qu’on voyait en 1982 plutôt… On est loin des sessions de Wii qu’on organise dans les médiathèques actuelles..

  7. Hum l’un des derniers rôles de Christ… euh non d’Edward J. Robinson qui joue déjà avec Charlton Heston dans les Dix Commandements d’ailleurs. Vers la fin du film, il meurt en écoutant Peer Gynt de Grieg je crois bien ou la Pastorale de Beethoven sais plus trop. Depuis, je n’écoute plus ces morceaux, trop dangereux !
    Et dans le Survivant, vaguement inspiré de Je suis une légende… y a pas une bibliothèque par hasard ??? Après les rôles bibliques, CH s’est spécialisé dans la SF mainstream.
    Faut que je cherche du côté du cinéma italien aussi s’il n’y a pas quelque chose. Il me semble bien que dans Bianca de Nanni Mortetti, il y a un scène dans une sorte de CDI…

  8. Le retour au bénévolat, c’était effectivement visionnaire sur le XXI° siècle, puisqu’en 2012 c’est ce qui arrive à plusieurs bibliothèques municipales anglaises avec la crise financière (voir la brève de l’ENSSIB de Claire Margaron, le 27 janvier dernier). Bon, pas forcement avec des seniors, OK…

Commentez cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s