De bon matin (2010)

CP DBMDans la vie de Jean-Pierre, il n’y a pas trente-six choses qui l’émoustillent. Son centre d’intérêt principal ? Le travail, limite work addict. Vous pensez qu’il est bibliothécaire ? Calmez-vous un peu, De bon matin n’est pas un film de science-fiction. En fait, Jean-Pierre est « chargé d’affaires » dans une banque internationale. Le genre de métier abscons mais super exciting : tu es toujours bien habillé, tu gagnes beaucoup d’argent, et le midi tu ne te réchauffes pas un poisson pané dans un micro-ondes qui pue le navet après le passage de ton charmant collègue vegan, tu vas dans des restaurants cotés avec des types mieux sapés que des DGS qui te narrent les week-ends radieux qu’ils passent dans leur pavillon des Yvelines. Une vie riche et trépidante, à un détail près : Jean-Pierre est marié à Françoise, une femme incapable de comprendre la passion qu’il nourrit pour son job et qui reste invariablement exaspérée par les histoires de bureau qu’il lui rapporte à la maison. Il faut dire, aussi, que Françoise est bibliothécaire. Et oui, il en fallait bien un.

Au début pourtant, ça collait entre eux. Qu’est-ce qui a bien pu se passer ? Débordé par la mélancolie, Jean-Pierre ouvre l’album-photo de sa vie et se souvient…

DE BON MATIN bibliothèque - spleen

D’abord, il y a l’enchantement des débuts. « Ah, Pessac en 1983 ! » . Jean-Pi’ nous raconte comment il a rencontré sa femme pour la première fois. C’était dans la bibliothèque où elle bossait. Lui, il avait une moustache à la Gérard Jugnot (à l’époque c’était autorisé)…

DE BON MATIN bibliothèque - moustache

… tandis que Françoise, à l’ombre d’une travée, les bras chargés de livres, discutait grande littérature avec sa responsable de section. Gracieuse, pétillante et timide à la fois, elle partageait sa passion pour Queffélec, Djian ou Modiano –qu’importe, le saphisme était en vogue et tout à coup, ce conciliabule entre deux femmes qui se passaient des livres entre les doigts, Jean-Pierre est tombé immédiatement amoureux.

DE BON MATIN bibliothèque - saphisme

Sauf que, comme on dit, l’amour rend aveugle, et si Jean-Pierre –qui est quand même la tête d’affiche de ce film, avait gardé une once de clairvoyance au lieu de succomber comme un jouven-sot aux sirènes de l’amour, il n’aurait pas laissé passer cette énorme bourde des accessoiristes :

DE BON MATIN bibliothèque - anachronisme

Et oui, pardon, messieurs, mais la scène est censée se passer dans les années 1980. Alors pourquoi avez-vous mis en présentation faciale ces deux bouquins : Voyage en Gaule romaine de Gérard Coulon –dont à ma connaissance la 1ère édition date de 2002, et les Carnets de voyages des peintres de la Marine, dont l’exemplaire visible dans le film est une réédition de… 2008, soit 25 ans après les faits supposés ?? Pardon mais c’est ce qu’on appelle dans le jargon des jargonautes un bel anachronisme. Si vous voulez faire eighties, je suis désolé mais il ne suffit pas de glisser un meuble à notices catalographiques dans le décor ou de balancer un vieux OMD en bande-son, il faut être un plus précis des fois.

Bon, revenons à notre couple idéal. Une dizaine d’années a passé. Jean-Pierre et Françoise sont maintenant en ménage et filent le parfait bonheur. Ils sont libres, ils s’aiment et s’épanouissent dans leurs vies professionnelles respectives. Ils ont trente ans, ils sont beaux et n’ont pas encore de descendance. Le pied.

Jean-Pierre se rappelle en particulier ce voyage au Mali dont il a retrouvé les photos :

DE BON MATIN bibliothèque - alignement

Du beau temps, de la vie pas chère et des Noirs bien alignés… Des vacances de rêve.

S’ils sont allés au Mali, en fait, c’est grâce au boulot de Françoise. En effet, en bonne militante de la lecture publique et parce qu’elle a commencé à prendre du galon dans son travail, elle s’est mise en tête de monter un projet de bibliothèque en Afrique occidentale. Avec ses collègues, elles a rassemblé tous les bouquins désherbés de sa bibliothèque qui traînaient et plutôt que les jeter elle s’est dit : « Je suis sûre qu’il y a plein d’Africains qui aimeraient bien avoir ces merveilles du passé » . Alors ils ont loué un container et ils ont envoyé tous leurs rogatons pourris là-bas, au pays-des-gens-qui-ont-20-ans-de-retard. Ensuite, pour être certaine que les Africains se servent bien des livres envoyés, elle s’est dit que ce serait plus prudent de vérifier par elle-même en allant sur place. Vu la cherté du voyage et que sa collectivité n’avait pas tant d’argent que ça, elle a argumenté en se proposant d’aller y former des bibliothécaires et aussi d’y construire une vraie bibliothèque aux normes, avec 1,20m entre chaque étagère et tout et tout…  Quoique emballée, la mairie n’avait toujours pas assez d’argent. Alors Jean-Pierre, qui adore sa femme, s’est arrangé pour taper la banque qui l’emploie afin qu’elle intervienne en tant que mécène sur le projet. Bingo, la boîte lâche 21000€ ; ce qui, du coup, paie aussi le billet pour Jean-Pierre. Un mois en amoureux au Mali aux frais de la princesse, champions du monde. Sur une photo prise sur place, on voit nos deux winners brandir des livres devant la bibliothèque qui grâce à eux vient de sortir de terre :

DE BON MATIN bibliothèque - moonwalk

L’homme blanc triomphant devant son œuvre : une case de 30m² remplie de bouquins dépassés avec marqué « pilon » sur toutes les pages de garde. La générosité à la française.

De retour en France, pour marquer le coup, on organise une petite fiesta dans la bibliothèque où travaille Françoise. La sauterie a déjà plus d’allure que l’inauguration de la bibliothèque au Mali : petits fours et alcools fins, allocutions soporatives de ceux qui ont participé au projet et vernissage d’une expo-photo représentant plein d’enfants noirs en très gros-plan. Tout le monde est ravi.

DE BON MATIN bibliothèque - vernissage

A noter que cette scène a été tournée dans les locaux de la médiathèque Pablo Neruda à Malakoff

Une adolescente raconte avec un vocabulaire atrophié la magie de son séjour au Mali. D’un point de vue lexical, c’est aussi riche qu’une chanson ratée de Matthieu Chedid, mais comme c’est plein de chouettes sentiments et que finalement tout le monde se sent noir à l’intérieur, on kiffe. Françoise, à côté, verse une petite larme d’émotion.

DE BON MATIN bibliothèque - discours

*

Allez, ne trompons pas plus longtemps les jeunes générations : le métier de bibliothécaire ne consiste pas qu’en ces ors et ces réjouissances altermondialistes. Il comporte aussi son côté sombre : le charabia professionnel et les commérages malveillants. On surprend par exemple Françoise, un soir, au téléphone avec l’un de ses collègues. Au menu :

— Tu sais, la gestion des prêts ne doit pas empêcher la bonne utilisation du fonds.

Désolé mais cette phrase ne veut rien dire. Certes, on apprécie que les scénaristes aient fait un effort pour pénétrer le champ sémantique des bibliothécaires et donner du corps aux dialogues mais, apparemment, ils se sont égarés en cours de route dans le sabir bibliothéconomique. Et oui, ne s’improvise pas bibliothécaire qui veut. Ils auraient dû parler de la « rotation des collections », ça aurait été plus sympa. Juste après, on frôle le mauvais goût : Françoise et son collègue sont en train de critiquer leur conservateur qui, à leur sens, ne se bat pas suffisamment pour remplacer les postes vacants :

— Lui, il passe plus de temps à compter les années qui lui restent que les recrutements qu’il pourrait faire (…)

DE BON MATIN bibliothèque - téléphone

La gueuse ! Elle vilipende son conservateur en dehors du lieu de travail.

On le voit, sous ses dehors un peu baba-cool ascendant bobo, Françoise est limite garce. Dans ses conditions, on ne s’en étonnera guère : plus elle va s’éclater dans son boulot et s’épanouir dans des projets culturels stimulants, plus elle va prendre la confiance et se détacher de Jean-Pierre, dont la vie de cadre bancaire finit par lui paraître insipide. Un soir, elle lui annonce qu’elle veut divorcer. Jean-Pierre, qui essuie par ailleurs quelques contrariétés à son travail, pète une biscotte. Il va s’acheter un calibre au marché noir, le flanque dans sa sacoche et un matin, il ouvre le feu au bureau, couchant son patron plus un collègue qui passait dans le couloir. Double meurtre. Et soudain, on comprend qu’en fait, le titre De bon matin était à prendre au deuxième degré.

*

J’ai bien aimé ce film de Jean-Marc Moutout. En traitant de manière clinique un sordide fait-divers, il a le bon goût de nous proposer plusieurs pistes explicatives tout en nous laissant le choix de tendre vers les unes ou bien les autres. En fin de compte, ce qu’on en ressort, c’est que les drames humains ont toujours la saveur amère d’un mauvais cocktail : avec un tragique qui, ici, surgit de la combinaison paroxystique de trois ingrédients :

  • un milieu professionnel prodigue en faux-semblants et en violence larvée
  • un inquiétant surinvestissement du gars dans son travail
  • des problèmes conjugaux liés à la crise du milieu de vie

De bon matin s’inscrit dans la veine d’un cinéma réaliste et désabusé, représenté en France par des gens comme Costa Gavras, Lioret, Coline Serreau ou Laurent Cantet. Sur le même sujet (le surmenage chez les cadres), j’avais également aimé :

Cordialement,

Mp

Publicités

2 réflexions sur “De bon matin (2010)

  1. Bonjour Parme, et merci pour cette notation très bien vue et qui m’avait échappé … même si à y réfléchir, ça me fait un petit frisson glacé dans le dos. Sérieusement, comme ça, vous connaissez par cœur tous les catalogues des fournisseurs de mobilier pour les bibliothèques ? A mon avis, vous avez de quoi ouvrir un blogue lOl Bien à vous, Mp

  2. Bonjour,

    Merci pour cette découverte et ces analyses toujours en finesse.
    J’ajouterai aux anachronismes relevés une mention sur le mobilier : la gamme Kouros de chez Ronéo-BRM n’était me semble-t-il pas encore disponible au catalogue à l’époque..! Des étagères blanches métalliques auraient été plus adaptées. Un fois encore les accessoires restent négligés.

    Deweysquement vôtre,

    S. D.

Commentez cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s